Comment gérer un loyer impayé en coliving ?

Le coliving pour l'opérateur

Comment gérer un loyer impayé en coliving ?

**Louer un bien immobilier n’est jamais sans risque pour le bailleur et le coliving n’échappe pas à cette règle. Les loyers impayés peuvent facilement devenir source d’inquiétude surtout s’ils concernent vos principaux revenus fonciers. Bien qu’ils ne représentent qu’environ 2% des logements loués, il est possible d’éviter les impayés en s’assurant contre ce risque. Pour cela, il existe plusieurs solutions dont une assurance pour loyer impayé, plus communément appelée « Garantie des Loyers Impayés » (GLI).** ## Qu’est-ce que la « GLI » ? La Garantie de Loyers Impayés ou GLI est une **assurance facultative souscrite par le bailleur** d’un bien locatif, ou **l’opérateur de coliving**. En cas de défaillance de votre locataire sur le paiement de son loyer (impayés frauduleux, locataire non solvable, décès du locataire), l’assureur vous **rembourse intégralement le loyer impayé**. En contrepartie, vous ne percevez pas de loyer de votre coliver. La GLI prévoit les conditions suivantes chez l’ensemble des assureurs : • Remboursement des loyers impayés • Prise en charge des frais de justice • Couverture des dégradations causées par le locataire. Certains assureurs ajoutent des garanties ou des options supplémentaires à la Garantie des Loyers Impayés, comme par exemple une **indemnisation pour un départ prématuré**, le locataire quittant les lieux sans respecter le préavis ni régler le loyer jusqu’au bout. Pour connaître les conditions et prises en charge de votre garantie loyer impayé, votre banquier ou [votre assureur pourra vous conseiller](https://cabinetcohen.fr/produit/courtage-dassurance/assurance-dommages/assurance-dommages-des-professionnels/garantie-loyers-impayes-gli). ## Quelles conditions d’éligibilité doivent remplir vos colivers ? Bien choisir ses colivers, c’est diminuer les risques de loyers impayés. C’est aussi une condition essentielle pour s’assurer d’être remboursé dans le cadre d’une assurance GLI. Pour en bénéficier, vous devez vérifier que vos [futurs colivers](https://blog.colivme.com/articles/a-qui-s'adresse-le-coliving) sont solvables. Cela semble couler de source et pourtant ! Si **leurs revenus sont au moins 3 fois supérieurs au prix du loyer** que vous demandez, alors vos locataires sont considérés comme « solvables » par votre assureur. La vérification est simple. Demandez les bulletins de salaire ou les avis d’imposition parmi les pièces justificatives de leur dossier d’inscription ! Attention, pour prétendre à une indemnisation sur un loyer impayé, vous devez préalablement vous assurer que **votre bail soit conforme à la législation en vigueur**. Si vous déclarez un litige, votre assureur ou votre banquier devra vérifier que toutes les conditions ont bien été respectées. Le cas échéant, il sera en droit de refuser de vous indemniser. ## La procédure à suivre en cas de loyers impayés Si l’un de vos colivers ne règle plus ses loyers et que vous souhaitez le déclarer à votre assureur pour être indemnisé, vous devez d’abord suivre une **procédure par étapes**: 1. Relancez votre coliver par écrit en concernant la preuve d’envoi 2. Sans réponse de sa part, adressez-lui une mise en demeure par Lettre Recommandée avec Accusé de Réception (LRAR) 3. Il ne s’est toujours pas manifesté ? En dernier recours, faites appel à un huissier. Votre procédure de relance n’a rien donné ? Pour faire jouer votre garantie sur ce loyer impayé, c’est le moment de **déclarer votre sinistre à votre banquier ou votre assureur** en joignant l’ensemble des pièces justifiant votre procédure de relance. ## La GLI et la caution En souscrivant à une assurance loyers impayés, **vous ne pouvez pas demander de caution à votre locataire en plus de l’assurance.** Cependant **pour les locataires non solvables** comme des étudiants ou des apprentis, qui peuvent faire appel à un tiers solvable comme garantie, une caution solidaire peut être mise en place en complément de votre assurance GLI. C’est notamment un service que proposent des entreprises comme [Cautioneo](https://www.cautioneo.com/), [Unkle](https://www.unkle.fr/), [Garantme](https://garantme.fr/fr/) ou [Visale](https://www.visale.fr/) pour aider les locataires dans leur dossier locatif. ## La cotisation pour une GLI et son indemnisation Le coût d’une GLI est calculé sur votre loyer annuel moyen. Il varie entre 2.5% et 5% en fonction de son importance. Si vous avez déclaré un sinistre pour loyer impayé et que vous attendez l’indemnisation de votre GLI, sachez qu’**elle ne vous sera pas versée immédiatement**. En effet, **les indemnisations de la GLI étant trimestrielles**, il vous faudra attendre 3 mois après votre déclaration pour être indemnisé. Attention ! Vérifiez bien les conditions de votre contrat GLI lors de sa souscription, car certains contrats ont un plafond ou une durée maximale d’indemnisation ! ## Pourquoi choisir une Garantie des Loyers Impayés ? Si les loyers que vous percevez sont votre principale source de revenus, **souscrire une GLI sera plus efficace que de demander une simple caution** à vos locataires. En effet, une caution est facilement contestable devant un juge. Or, comme vous le savez, les procédures judiciaires peuvent être particulièrement longues et onéreuses **sans garantie de remboursement de vos loyers impayés**. Cela est laissé au bon vouloir de la Cour. De même, si votre coliver ne paye plus ses loyers et que vous souhaitez **l’expulser** pour ce motif, cette démarche **peut prendre plusieurs années**. Ce temps pourrait avoir des conséquences importantes sur la rentabilité de votre activité de [coliving](https://blog.colivme.com/articles/qu'est-ce-que-le-coliving). De plus, si votre locataire est insolvable, les sommes qui vous sont dues ne seront certainement jamais remboursées. **La GLI permettra donc de pallier à ces risques** et de vous apporter sécurité et sérénité. ## Auprès de qui souscrire une Garantie des Loyers Impayés ? La GLI est principalement proposée par **les banques, les assureurs et certains courtiers spécialisés**. Les contrats individuels pour les particuliers étant majoritairement déficitaires, il est de plus en plus difficile de trouver des assureurs capables de couvrir ces risques. *« On voit plutôt sur le marché des contrats de groupes apportés par des spécialistes : c’est un marché de niche »*, nous confirme le [Cabinet Cohen](http://www.cabinetcohen.fr/), Courtier d’Assurance Spécialisé. C’est pourquoi, il est important de faire appel à un expert qui saura vous orienter vers le meilleur assureur. Il existe également des comparateurs sur internet qui vous permettent de vous faire une idée des garanties et du tarif que vous pouvez obtenir. **La GLI est donc une alternative efficace pour pallier aux loyers impayés. Il sécurise votre activité de coliving en vous assurant d’être toujours payé.** [Trouvez vos prochains colivers sur Colivme !](https://colivme.com/operateur)

Colivme

Colivme

Publié le
Face à la crise du marché hôtelier, le coliving comme solution de rebond

Le coliving pour l'opérateur

Face à la crise du marché hôtelier, le coliving comme solution de rebond

#**La crise de la Covid-19 a mis un coup d’arrêt au marché hôtelier.** Dès la fin du confinement, les hôtels ont progressivement rouvert pour accueillir les touristes estivaux. En régions, le parc hôtelier disponible est passé de 20% à plus de 90% à la fin de l’été. Ce n’est en revanche pas le cas à Paris par exemple, où seule la moitié des hôtels était à nouveau ouvert. Les taux d’occupation ont chuté de la même façon avec une perte de 37,2 points au global, mais les hôtels haut de gamme sont plus durement touchés (-45,4 points). Les séjours touristiques ayant été maintenus durant l’été, et la demande intérieure ayant augmenté faute de pouvoir partir à l’étranger, les hôtels des territoires touristiques français (bords de mer, montagnes…) affichent une bonne saison. Les métropoles, en revanche, entrainées par une demande de clientèle internationale et de séjours d’affaires ont été lourdement touchées. Les performances hôtelières ont chuté de plus de 50% à Nantes, Bordeaux, Toulouse ou Strasbourg, de deux-tiers à Paris, et même de -80% à Nice. A moyen terme, l’activité hôtelière métropolitaine ne semble présenter un horizon radieux. Avec l’annulation progressive des congrès et évènements professionnels, et l’adoption du télétravail pour effectuer des réunions, les déplacements professionnels y trouvent une substitution provisoire. **L’adéquation entre un espace hôtelier et une transformation en résidence de coliving.** Si le modèle de l’hôtel vide ne tourne plus, se pose alors la question de les convertir. La conversion en logement apparaît couteuse et lourde sur le plan juridique. La solution du coliving se présente ici comme plus adaptée : les espaces d’un hôtel sont configurés de telle façon à être facilement convertibles vers ce type de résidence. Le coliving comporte un triptyque « flexibilité, services, communauté ». Ainsi, les espaces comme le lobbys en rez-de-chaussée, souvent peu fréquentés, pourraient être convertis en espaces communs. Si un espace de restauration est préexistant, il pourrait être pérennisé soit comme une offre de restauration, soit comme une cuisine commune et accessible à la communauté de résidents - qui d’ailleurs peut être reconfigurée en espace de coworking le reste du temps. Enfin, la disposition des chambres dans les étages pourrait être maintenue comme telle, moyennant au besoin un réaménagement intérieur aux codes du coliving (avec notamment des rangements plus importants). **Un changement de modèle à prévoir… et un changement des mentalités.** L’adoption du modèle coliving nécessite toutefois des changements qui dépassent le métier classique de l’hôtellerie. Par essence, l’hôtel offre une très grande flexibilité d’hébergement puisque l’on peut y séjourner à la nuitée. Cette flexibilité doit aussi être conservée pour de plus longs séjours allant de plusieurs semaines à plusieurs mois. De plus, la partie animation doit aussi être pensée sous forme d’activités ou de services communs proposés aux résidents, inclus ou non dans les loyers demandés. Des activités sportives, culinaires ou culturelles en sont de bons exemples. D’autres services comme un espace de coworking accessible à tous les résidents et aux personnes externes font partie du lot d’exemples existants. Enfin, une réflexion reste à mener sur les métiers des hôteliers : le métier de réceptionniste, par exemple, pourrait tout à fait être voué à évoluer en community manager. Colivme et BNP Paribas Real Estate Research France

Colivme

Colivme

Publié le